Journée DifdePo à la Maison Française d’Oxford – 20 juin 2013 : enregistrements sonores et compte rendu

Le 20 juin 2013 a eu lieu à la Maison française d’Oxford, une journée d’étude consacrée à la « Présentation de l’ANR DifdePo », dont la MFO est partenaire.

Les enregistrements sonores de cette journée ont été mises en ligne sur le site de la Maison française d’Oxford: http://www.mfo.ac.uk/en/podcasts/histoire-poetique-et-esthetique-de-l-oulipo-ouverture-des-travaux

Compte rendu de la journée :

L’ouverture de cette journée, organisée par Philippe Roussin et Michael Sheringham, fut consacrée à la présentation, par Alain Schaffner, des différents axes de recherche du projet DifdePo : un pôle de documentation et d’édition, un pôle d’histoire et de sociologie littéraire, dont fera partie une étude sur les influences du groupe sur le contemporain, et un pôle sur la poétique, l’esthétique, et plus généralement sur la théorie littéraire de l’Oulipo.

La communication de Camille Bloomfield « Histoire et sociologie de l’Oulipo : quelques perspectives » nous a donné une présentation générale du groupe ainsi qu’un panorama de l’état actuel des études sur ce qu’elle appelle un « groupe-monde ». La communication s’articulait autour de trois axes. Tout d’abord, C. Bloomfield a privilégié une perspective historique qui puisse rendre compte du contexte d’émergence de l’Ouvroir – de la fondation et du « mythe des origines » mais aussi de l’évolution du groupe dans l’Histoire. Ensuite, elle a proposé une réflexion sur la « constitution du monde oulipien : méthode, culture, généalogie (1960-1970) ». Cette étape se caractérise notamment par la mise en application des principes fondateurs et la réalisation des impératifs suivants : inventer, s’organiser, recruter. Georges Perec, Marcel Bénabou et Jacques Roubaud par exemple sont certains des membres recrutés par l’Oulipo à cette époque. Finalement, entre 1970 et 1992, on assiste à « L’expansion du monde : de la remise en question à l’ouverture ». Après le questionnaire de François Le Lionnais en 1970 intitulé « Comment déboucher l’horizon ? », l’Oulipo entre dans une période d’expansion et d’internationalisation ; c’est le moment de la cooptation de Harry Mathews et d’Italo Calvino; ainsi que des traductions dans le monde entier.

Dominique Moncond’huy nous a ensuite proposé une communication intitulée «Origine(s) de l’Oulipo, Oulipo des origines : ou en quoi l’ Oulipo peut découler de la Seconde Guerre mondiale ». Cette communication s’est notamment concentrée sur « L’Oulipo des origines », entre l’influence de dada et du surréalisme et celle des mouvements de l’après Seconde Guerre mondiale. Dans le cadre de ces réflexions, D. Moncond’huy a  souligné la nécessité de réévaluer le rôle des membres fondateurs, notamment celui de François Le Lionnais, trop souvent oublié de l’histoire littéraire. La communication s’est donc consacrée à une étude de son texte La Peinture à Dora (1946), considéré ici comme un ouvrage qui préfigure les pratiques oulipiennes. La discussion finale a porté sur le rôle de la mémoire collective pour la deuxième génération d’oulipiens et sur les spécificités de l’Oulipo actuel.

Après une petite pause, la journée a continué avec la communication de Christelle Reggiani, « Perec et l’Oulipo », qui a porté sur les problèmes de sociabilité littéraire qu’entraîne l’association Perec-Oulipo. À partir de la célèbre expression de Perec selon laquelle il serait « oulipien à 97% », C. Reggiani s’interroge sur les modalités au travers lesquelles l’œuvre de Perec refonde le modèle de l’auteur oulipien, en donnant pour première fois une spécificité proprement  littéraire à l’Oulipo. La question devient alors : l’Oulipo serait-il perecquien ? C. Reggiani montre ensuite les divers modes d’appropriation de l’œuvre de Perec par les oulipiens. Comment les fantômes et les revenants continuent-ils à produire des lectures fécondes pour les oulipiens ?

Ensuite, Alain Schaffner a esquissé dans « Queneau et la littérature à contrainte » un panorama de la littérature à contrainte chez le fondateur du groupe : contre l’esthétique du surréalisme, contre le culte de l’inspiration romantique et contre l’esprit solennel de l’Académie française. A. Schaffner analyse les principes formels du roman Le Chiendent, des Exercices de style, de Cent mille milliards des poèmes et de Morale élémentaire (1975), les quatre œuvres généralement considérées comme les seules oeuvres oulipiennes de Queneau. La communication ouvre le débat sur les limitations et les possibilités de la dimension potentielle de la littérature à partir de l’utilisation de contraintes et des modalités de passage de la structure vers l’œuvre.

Les discussions se poursuivent pendant le déjeuner sur place et les participants au colloque en profitent pour faire la connaissance des membres du projet.

Dans l’après-midi la communication « L’Oulipo : règles, régimes et affectivité » de Kate Morris a proposé une analyse de l’œuvre roubaldienne depuis l’approche des « écritures du quotidien » et du courant couramment appelé « the affective turn ». K. Morris réfléchit donc aux contraintes de la vie quotidienne tels qu’elles sont mises en œuvre dans les textes de J. Roubaud, notamment en fonction de trois axes : la météorologie, le nombre et la solitude.

Finalement, la communication de Marc Lapprand « La contrainte et Mek-Ouyes amoureux (Jacques Jouet) » a abordé le roman-feuilleton de J. Jouet depuis plusieurs axes tels que : le brouillage des frontières entre fiction et écriture non fictionnelle, l’écriture contextuelle et l’apport du vécu, le réglage de l’écriture, le rôle des peintres, le rôle déclencheur des intertextes, les stratégies du « recyclage » des œuvres d’autres auteurs. La dernière partie de la communication nous a permis de réfléchir aux modalités spécifiques d’écriture et de lecture du roman-feuilleton comme la progression, la périodicité de la lecture liée à celle de l’écriture, l’infinitude.

La fin de la journée fut précédée d’une discussion générale où les participants ont mis en évidence la nécessité d’aborder l’œuvre des oulipiens tout en considérant son rapport au politique mais aussi à l’Histoire littéraire et notamment, d’étudier les rapports d’intermédialité entre les différentes œuvres : le lien entre le texte écrit et les autres supports artistiques.

 Par Paula Klein (membre associée du projet DifdePo, EHESS)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.