Appel à communication: journée Queneau/Perec/Roubaud

15ÈME JOURNÉE QUENEAU DE PARIS 3

 Organisée par :

  • L’Équipe de recherches sur Raymond Queneau (« L’Esprit Nouveau en poésie », EA 4400 « Écritures de la modernité », CNRS /Paris 3),
  • Le programme ANR DIFDEPO (« Différences de potentiel : Esthétique, poétique, et histoire de l’Oulipo »),
  • L’Association des Amis de Valentin Brû.

Date : le 20 avril 2013

Lieu : Centre Universitaire Censier. 13 rue de Santeuil, 75005 Paris (métro Censier-Daubenton). La salle sera précisée ultérieurement.

Thème de cette année : Queneau/Perec/Roubaud 

Dans la droite ligne des recherches déjà entamées sur l’héritage intellectuel de Raymond Queneau ( v. Quenoulipo, sous la dir. d’Astrid Bouygues, Cahiers Raymond Queneau n°1, Calliopées, 2012 ; et le colloque de Liège « Parentés. Raymond Queneau et l’esprit de famille »,  qui a eu lieu en novembre 2012), il s’agit d’étudier le rapport qui existe entre Queneau et deux écrivains qui lui sont fréquemment, voire systématiquement associés, deux de ses « enfants » de l’Oulipo : Georges Perec et Jacques Roubaud.

L’un comme l’autre ont souvent dit l’admiration qu’ils portaient à l’œuvre du co-fondateur du groupe – plus particulièrement à la poésie, pour Roubaud, et aux romans pour Perec. Un article comme « Emprunts à Queneau », publié dans la revue Les Amis de Valentin Brû (n°13-14, 1980), a révélé, de la plume même de Perec, l’intertexte quenien dans La Vie Mode d’emploi – dédié d’ailleurs « à la mémoire de Raymond Queneau ». Son pendant critique, Emprunts à Queneau (bis), de Bernard Magné ( Petite bibliothèque quenienne, 1989), a fait apparaître les modalités de cet intertexte : différence entre citation et allusion, intégration et désignation de l’emprunt, construction de réseaux. Nombre d’œuvres de Jacques Roubaud, de la même façon, sont empreintes de la présence de Raymond Queneau ou y font directement référence. La première partie de La forme d’une ville change plus vite, hélas, que le cœur des humains s’intitule ainsi « Recourir les rues », l’un des poèmes se nomme « Queneau en novembre » et l’on y trouve aussi des morales élémentaires, hommage formel appuyé à Queneau. De manière plus générale, la langue ludique et sonore de Roubaud est ornée de mots transcrits phonétiquement, qui ne sont pas sans rappeler les tentatives de néo-français de Queneau. Son vers reproduit d’ailleurs à maints endroits diverses expérimentations queniennes.

            Les chercheurs sont donc invités à explorer ces relations en proposant :

– soit une étude portant sur les rapports entre Queneau et un des deux autres auteurs (il s’agit d’une journée Queneau)

–  soit une étude portant sur les rapports entre les trois auteurs.

Toutes les approches critiques sont les bienvenues : thématique, sociologique, historique, lexicologique, etc. On pourra également s’intéresser à la versification, ou à l’usage des contraintes d’écriture dans l’œuvre des ces trois auteurs.

 Les propositions, d’une page maximum, doivent être envoyées avant le 1er mars 2013 à Daniel Delbreil (daniel.delbreil@univ-paris3.fr) et Camille Bloomfield (camille.bloomfield@univ-paris3.fr).   


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.