Appel à communication_Colloque international « L’Oulipo et la Seconde Guerre mondiale », 16-17 septembre 2016

Colloque international 

L’Oulipo et la Seconde Guerre mondiale

Institute of Modern Languages Research, Londres
16-17 septembre 2016

Responsables : Dominic Glynn (IMLR), Dominique Moncond’huy (Poitiers), Philippe Roussin (CNRS-MFO) et Alain Schaffner (Paris III-Sorbonne nouvelle)

Avec le soutien de l’ANR DIFDEPO et de la MFO

 

Comment revenir à la fiction, à la poésie et à la littérature après la Seconde Guerre mondiale ? Nous abordons habituellement cette question à partir de la littérature de témoignage ainsi que de manière plus détournée à partir du « théâtre de l’absurde » ou de l’œuvre de Samuel Beckett, par exemple.

Nous la posons plus rarement à propos de la production littéraire de l’Oulipo. L’œuvre de Georges Perec est certes tôt apparue traversée par les camps et par la Shoah, mais ce trait a été considéré comme spécifique à Perec, et en aucune manière caractéristique de l’Oulipo. Or sont apparus tardivement, ainsi chez Roubaud, des textes (La Dernière Balle perdue, Parc sauvage) ou des passages de l’entreprise de mémoire en prose ouverte par ‘le grand incendie de Londres’ qui ont attiré l’attention sur l’importance qu’ont pu avoir sur lui, issu d’une famille fortement impliquée dans la Résistance, la guerre, et en particulier l’épisode de la Libération lié au retour des rescapés des camps – parmi lesquels l’on comptait, rappelons-le, François Le Lionnais. Quant à Jean Lescure ou Noël Arnaud, leur engagement contre l’occupant, par la presse puis par les armes, est notoire.

Fort de ces constats touchant des oulipiens de la première et de la deuxième générations, l’on aimerait s’interroger sur les liens qu’on pourrait établir entre la production littéraire de l’Oulipo et la Seconde Guerre mondiale. Si le surréalisme a découlé dans une certaine mesure de la Première Guerre mondiale, peut-on avancer que l’Oulipo «répond», et de quelle manière, en outre différée dans le temps, à la Seconde ? Plus généralement, comment peut-on reconquérir l’espace mémorial propre à la guerre avec les armes de l’inventivité littéraire ? L’on accueillera aussi bien des réflexions générales sur cette problématique liée à l’Oulipo que des analyses de textes singuliers, entretenant des liens avec cette question.

 

Les propositions de communication peuvent être envoyées, sous la forme d’un résumé de 300 mots maximum, accompagné d’une bio-bibliographie de 50-100 mots à philippe.roussin@mod-langs.ox.ac.uk, à dominic.glynn@sas.ac.uk et à dominique.moncondhuy@univ-poitiers.fr.

Les communications peuvent être en français ou en anglais. Date limite d’envoi des propositions : 6 juin 2016.